atelier-eem

BANC-PAYSAGE

MOBILIER ÉPHÉMÈRE – «BANC-PAYSAGE» – BEZONS ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE DES CHANTIERS DE LA ZAC BORDS DE SEINE – ANRU – 2014/2016  
Le banc-paysage teste in situ les éléments de programme envisagés, leurs qualités à développer et les problématiques à anticiper. Par cette démarche de préfiguration, le temps des chantiers devient un temps vivant qui offre dès maintenant des qualités d’usage d’espace partagé aux habitants.
Paysage quotidien de la transformation - Pris dans les flux des automobiles, des engins de chantiers et des piétons, le site de la ZAC Bords de Seine est caractérisé actuellement par la notion de transformation des lieux. Les habitants et employés fréquentent quotidiennement et pour quelques années encore des espaces publics marqués par la présence de différents chantiers en cours et à venir de la ZAC. Le déroulement des chantiers, l’avancement de la ZAC sont des aventures urbaines peu communes dans leur temporalité et leur échelle. Le site des bords de Seine est une ville en devenir dont les habitants sont déjà là.
Mobilier éphémère et temporalité urbaine - L’espace délaissé de la bande enherbée, orienté au sud / ouest sur sa grande longueur, accueille le mobilier éphémère intitulé «banc-paysage». Il accompagne la fin des chantiers de la ZAC Bords de Seine – ANRU et accueille les usages existants en leur conférant un peu plus d’urbanité et de dignité (assises, pic nic, rendez-vous, réunions). Sa construction et sa présence sur site font acte d’urbanité et mettent à dispositions les qualités de paysage et d’usage envisagés dans la conception du futur mail piéton (salons végétaux, places plantées, parvis, jardin en creux). Par cette démarche de préfiguration, le temps des chantiers devient un temps vivant qui offre dès maintenant des qualités d’usage d’espace partagé aux habitants.
Machine à voir, un nouveau rapport à l’espace public - Bien exposé au soleil, donnant à voir les perspectives lointaines offertes par le dégagement de la place Lénine et la vallée de la Seine au-delà, le banc-paysage est un dispositif de posture qui permet d’installer les corps dans un nouveau rapport à l’espace ouvert. A la manière des gradins qui transforment un espace vide en scène, le banc-paysage transforme l’espace public indéterminé en paysage.
Un mobilier d’anticipation - L’implantation du banc-paysage  sur site pendant 1 an et demi est en soi un processus de test et d’affinage des usages pour les futurs espaces publics du mail piéton. Le  caractère éphémère du mobilier permet en effet  de tester des typologies spatiales  afin de développer celles qui marchent bien ou au contraire de s’abstenir de celles qui s’avèrent caduques ou problématiques.
On embarque dans le banc-paysage comme on part en voyage - le banc-paysage offre une surface de sol disponible et propose une série de lieux différenciés dans lesquels on peut faire un pas de coté, une pause hors d’un espace public quotidien plus «fonctionnel» et rapide.
Les arbres migrateurs - Les bouleaux sont parmi les premiers arbres à s’installer sur un site en milieu ouvert, ce sont des arbres pionniers. La plantation d’un certain nombre de leur sujet dans les espaces du banc-paysage figure la conquête du site par le végétal. Présents avant même la réalisation du projet, ils sont les premiers arrivants sur site, plantés en conteneurs en vue de leur migration future.
Matériau bois = transformation=image de l’éphémère - Sur les chantiers alentours, on voit le bois omniprésent, qu’il soit sous forme de madriers, basting, palettes, caisses, banches, etc. Facilement et rapidement transformable, léger et peu onéreux, il sert à tout : palissades, abris, estrades, etc. Disponible, recyclable et peu onéreux, symbolique des chantiers de construction, omniprésent dans la ZAC, le bois de charpente est les matériaux unique du mobilier éphémère. Ce principe rationnel qui superpose les pleins et vides et maintient les madriers hors d’eau est réinterprété par le projet en tant que figure plastique.
Une composante pleine et entière du projet urbain - Par sa tenue d’une grande longueur, le banc paysage est à l’échelle de l’étendue du site et des composantes des chantiers urbains.

Texte : GILLES BRUSSET


Mission : Mobiliers éphémères - Anticipation du futur mail Leser
Maître d’ouvrage : Ville de Bezons & Séquano Aménagement
Lieu : Bezons (95)
Groupement : Gilles Brusset artiste plasticien & atelier eem
Equipe atelier eem :: Marc BLUME, Gael MONTEILLIER, raphael VASSILIEFF, Giulia BONETTO, Corado DELL'OLIO