atelier-eem

Stratification : la ville se fait par couches

Les graines semées ont germé dans une symphonie urbaine, composée en strates.
Le long de la rue des deux marchés, ponctuée d’obstacles et de dénivelés, elles s’implantent dans les sols au grès des espaces vacants et opportuns de ce voisinage accueillant.
Couche par couche l’accueil s’installe et se patine par phases. Les madriers et différents substrats se succèdent et les strates végétales se développent.
Au départ, plusieurs modules préalablement construits et végétalisés par l’équipe de conception articulent différentes séquences de cette mise en scène du vivant et du minéral.
Au travers de dix étapes initiales, jouant sur les spécificités typologiques du site, des ambiances différentes de repos ou de mouvement servent un imaginaire rural/urbain et entament un processus de mutations successives. Ainsi se déclinent le pied, le mont, l’atelier, le potager, le jardin privé, le stockage, le compost, la fête de la bière, la grotte et le sous-bois, autant d’atmosphères pouvant être modifiées, multipliées ou restreintes librement pour de nouveaux départs.
Conçus à partir d’une même section de bois et selon une simple technique d’empilage qui les rendent facilement déplaçables, modifiables et réutilisables, les modules varient de substrats et d’utilités (plantations diverses, jeux, assises…).
De part ce principe, ils seront déclinables facilement à l’occasion des workshops (atelier autour du bois, du jardinage…) proposés au public.
Imaginé sous l’emblème du rassemblement créatif et festif ce projet propose la rencontre de diverses dynamiques : urbaines, architecturales, humaines, et végétales.